Ma Prime Rénov’ : en quoi ça consiste ?

Le 15 novembre 2019, une réunion entre les acteurs principaux de la rénovation a été réalisée. Après les divers échanges, Julien Denormandie, le ministre du Logement, a affirmé la mise en place de « Ma Prime Rénov ». En outre, il s’agit d’un regroupement de toutes les primes d’aide pour l’année 2020.

Ma Prime Rénov, que comprend-elle ?

Ce nouveau dispositif comporte deux aides qui sont déjà connues par les personnes ayant profité des travaux de rénovation. Tout d’abord, il y a le CITE, ou le Crédit d’Impôt à la Transition Energétique. Lorsque des travaux d’économie d’énergie sont réalisés, ce type de prime peut rembourser 30 % du prix du matériel. Ensuite, il existe les aides fournies par l’ANAH, l’Agence de l’Habitat. En principe, elles sont destinées à ceux qui ont un revenu modeste. Par conséquent, une partie des travaux d’installation et d’isolation des équipements de chauffage seront financées jusqu’à 50 % de son montant.

Quelques changements dans le nouveau dispositif

Grâce à Ma Prime Rénov, il sera plus facile d’accomplir des travaux de rénovation énergétique à son domicile. D’après l’annonce de Vincent Perrault, un responsable chez l’Agence de l’Habitat, les demandes seront désormais centralisées, ce qui permet de faciliter la gestion de tous les dossiers. À partir de janvier 2020, les foyers qui sont éligibles à la prime pourront faire leur demande en ligne. Les utilisateurs éviteront de faire la queue et d’attendre l’ouverture du guichet. Quant au versement, il n’y a pas de changement important. En principe, l’aide est versée une fois que les travaux sont finis.

Le déploiement de l’aide

Pour le moment, c’est l’ANAH qui est chargé de transformer le CITE en une seule et unique prime. Ainsi, le but est de la partager aux familles modestes ou très modestes durant l’année 2020. Afin de savoir si vous êtes éligible à Ma Prime Rénov, il suffit de se renseigner sur son site web. C’est à compter de 2021 que les foyers de la classe moyenne pourront bénéficier de ce dispositif. À titre d’information, le nombre de dossiers en cours est estimé à 200 000 et peut atteindre jusqu’à 500 000 dans l’année prochaine.