La citoyenneté en 4 piliers

Publié le par Julien GOUPIL

La citoyenneté en 4 piliers

Les traditions et les approches en matière de citoyenneté ont non seulement évolué avec le temps, mais sont également diverses selon les pays, leur histoire propre, les sociétés, les cultures et les idéologies. Les multiples compréhensions du concept de citoyenneté en sont la conséquence.

La citoyenneté est née dans la Grèce ancienne; en ces temps, les « citoyens » avaient le droit légal de participer aux affaires de l’Etat. Mais tout le monde n’était pas citoyen, et les esclaves, les paysans, les femmes ou encore les étrangers n’étaient que des sujets. Pour qui avait le privilège d’être citoyen, l’idée de la « vertu civique » ou d’être un « bon » citoyen était un aspect important du concept, dans la mesure où la participation n’était pas seulement un droit, mais avant tout un devoir. D’un citoyen qui n’assumait pas ses responsabilités, on estimait qu’il perturbait l’ordre social.

Cette perception continue d’imprégner la compréhension aujourd’hui la plus répandue de la notion de citoyenneté, qui renvoie à une relation juridique entre l’individu et l’État. La plupart des gens ici-bas sont citoyens légaux d’un état-nation et de ce fait détenteurs de certains privilèges ou droits. Mais la citoyenneté implique aussi certains devoirs; en d’autres termes, il s’agit de ce que l’Etat attend des individus placés sous sa juridiction. Ainsi, les citoyens observent certaines obligations vis-à-vis de l’Etat et peuvent, en retour, espérer la protection de leurs intérêts vitaux.

Toutefois, le concept de citoyenneté est beaucoup plus riche de sens que sa simple dimension juridique. De nos jours, la citoyenneté est bien davantage qu’une construction juridique et renvoie, notamment, au sentiment d’appartenance de chacun, par exemple le sentiment d’appartenir à une communauté que vous pouvez façonner et sur laquelle vous pouvez avoir une influence directe.

Une telle communauté peut se définir au moyen de divers éléments, par exemple un code moral partagé, un ensemble commun de droits et obligations, la loyauté envers une civilisation commune ou encore un même sentiment d’identité. Au sens géographique, la communauté se définit généralement à deux niveaux principaux, et notamment au niveau local, à savoir la communauté locale dans laquelle vit l’individu, et au niveau de l’État, auquel l’individu appartient.

Dans la relation qui unit l’individu à la société, nous pouvons identifier quatre dimensions associées aux quatre sous-systèmes qui caractérisent une société et sont essentiels à son existence : la dimension politique/juridique, la dimension sociale, la dimension culturelle et la dimension économique.1

La dimension politique

La dimension politique de la citoyenneté renvoie aux droits politiques et aux responsabilités envers le système politique. Le développement de cette dimension passe par la connaissance du système politique ainsi que la promotion d’attitudes démocratiques et des capacités nécessaires à la participation.

La dimension sociale

La dimension sociale de la citoyenneté concerne le comportement entre individus dans une société et requiert une loyauté et une solidarité suffisantes. Les compétences sociales et la connaissance des relations sociales dans une société sont nécessaires au développement de cette dimension.

La dimension culturelle

La dimension culturelle de la citoyenneté fait référence à la conscience d’un patrimoine culturel commun. Cette dimension culturelle peut se développer par la connaissance du patrimoine culturel, ainsi que l’histoire et des compétences fondamentales (notamment linguistiques, comme la lecture et l’écriture).

La dimension économique

La dimension économique de la citoyenneté concerne la relation entre l’individu, le travail et le marché des consommateurs. Elle englobe le droit au travail et à un niveau de subsistance minimum. Les capacités économiques (essentielles aux activités économiques et liées à l’emploi) et la formation professionnelle jouent un rôle essentiel dans la concrétisation de cette dimension économique.

Ces quatre dimensions de la citoyenneté se mettent en place grâce à des processus de socialisation qui interviennent à l’école, dans la famille, dans les organisations civiques et les partis politiques, mais aussi les associations, les médias de masse, le voisinage et les groupes de pairs.
Pour bénéficier d’une citoyenneté équilibrée, tout citoyen doit être en mesure de l’exercer pleinement et également dans ses quatre dimensions (comme les quatre pieds d’une chaise).

Source : Repères: Manuel pour la pratique de l’éducation aux droits de l’homme avec les jeunes. http://www.coe.int/fr/web/compass/citizenship-and-participation

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article