L'échelle de participation (Arnstein&Hart)

Publié le par Julien GOUPIL

L'échelle de participation (Arnstein&Hart)
En un mot, participer signifie s’impliquer, avoir des tâches à réaliser, partager et prendre des responsabilités. Autrement dit, être admis et intégré. Peter Lauritzen

La participation des citoyens à leur gouvernement est considérée comme la pierre angulaire de la démocratie. Elle peut intervenir par le biais de différents mécanismes et formes, et à divers niveaux. Plusieurs modèles de participation ont été conçus, le plus récent et probablement le plus connu étant l’échelle de la participation de Sherry Arnstein (1969).

Arnstein a identifié huit niveaux de participation, chacun correspondant à un barreau/niveau de l’échelle. Au plus bas de l’échelle, la participation est faible voire quasi inexistante. Au plus haut de l’échelle, elle prend la forme d’une participation pleinement investie par les citoyens. Plus haut vous vous situez sur l’échelle, plus vous avez de pouvoir dans la détermination des résultats. Les deux dernières marches de l’échelle, la « manipulation » et la « thérapie », ne sont en rien participatives et devraient être évitées. Les trois niveaux au-dessus, « l’information », la « consultation » et « l’apaisement », sont symboliques. Ils autorisent les citoyens à avoir voix au chapitre et à être entendus, mais leurs visions ne sont pas réellement prises en compte. Les trois dernières étapes, à savoir le partenariat, la délégation du pouvoir et le contrôle des citoyens, représentent le plein pouvoir et la forme la plus aboutie de la participation des citoyens.

Ici, le modèle d’Arnstein a été complété par Roger Hart pour qui, la participation est un droit fondamental du citoyen, parce qu’elle est le moyen d’apprendre ce que signifie être citoyen et comment le devenir. La participation peut aussi être envisagée comme une forme de partenariat entre les citoyens et les politiques. Il existe différents degrés auxquels les citoyens peuvent être impliqués ou prendre des responsabilités, selon la situation locale, les ressources, les besoins et le niveau d’expérience. L’échelle de participation de Roger Hart illustre les différents degrés de participation des citoyens à un projet, une organisation ou une communauté. Huit niveaux de participation ont été définis :

Niveau 8: Prise de décision en commun ; Un projet ou des idées sont initiés par les citoyens et les politiques participent au processus de décision en tant que partenaires.

Niveau 7: Initiative et direction des citoyens ; Un projet ou des idées sont initiés et gérés par des citoyens

Niveau 6: Initiative des politiques, partage de la décision avec les citoyens ; Le projet est initié par les politiques, mais les citoyens sont invités à participer au processus de décision et à prendre des responsabilités en tant que partenaires égaux.

Niveau 5: Consultation et information des citoyens ; Le projet est initié et géré par les politiques, mais les citoyens apportent leurs avis et suggestions et sont informés de l’impact de leurs suggestions sur les décisions finales ou sur les résultats.

Niveau 4: Information des citoyens et délégation de certaines fonctions ; Le projet est initié et géré par les politiques ; les citoyens sont invités à remplir certaines fonctions spécifiques ou à réaliser certaines tâches dans le cadre du projet, mais ils sont conscients des limites de leur influence réelle.

Niveau 3: Participation symbolique ; Les citoyens sont invités à remplir certaines fonctions dans le projet, mais ils n’exercent aucune influence réelle sur les décisions. On crée ainsi une fausse impression de participation des citoyens (délibérément ou non), alors que ceux-ci n’ont aucun mot à dire sur leur contribution et sur ses modalités.

Niveau 2: Participation à titre décoratif ; Dans le projet, les citoyens ne remplissent aucun rôle significatif (en dehors de leur simple présence). Ils sont des sortes d’objets décoratifs auxquels on donne une place bien visible dans le projet ou l’organisation pour que les personnes extérieures ne manquent pas de les remarquer.

Niveau 1: Manipulation des citoyens ; Les citoyens sont invités à participer au projet mais n’ont aucune influence réelle sur les décisions et les résultats. Leur présence est en fait utilisée pour parvenir à d’autres buts, comme remporter les élections locales, présenter une institution sous un jour favorable ou bien obtenir des fonds supplémentaires de la part des institutions qui soutiennent la participation des citoyens.

Source : http://www.coe.int/fr/web/compass/citizenship-and-participation

Publié dans citoyenneté, participation

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

claudia 01/06/2017 15:19

Merci beaucoup pour cet article qui m'éclaire sur Arnstein&Hart